L’art du Batik

Avant de partir de Yogyakarta, nous avons été initiés à l’art du Batik, technique particulièrement longue d’impression de tissu, classée en Indonésie au patrimoine culturel immatériel de l’humanité par l’UNESCO en 2009 (cette technique est utilisée dans de nombreux pays, notamment en Afrique et en Asie, mais le plus célèbre et le plus élaboré est le batik javanais).

Nous allons essayer de vous en présenter les différentes étapes.

1ère étape : Dessiner au crayon les contours du motif final.

Pour nous, les motifs étaient déjà faits, mais nous aurions pu en dessiner d’autres. Ce seront des masques pour Clément, des éléphants pour Eloïse et des Geckos pour Alexandre, sur des toiles en coton de 50 par 50 cm.

2ème étape : Protéger les zones du tissu qui ne doivent pas être colorées

Tous les contours des dessins, ainsi que certaines zones devant rester blanches (tels les yeux par exemples) doivent être recouverts de cire chaude, des 2 côtés du tissu (en fait si on applique assez de cire d’un côté, elle passe à travers la trame et protège donc les 2 faces du tissu sinon il faut faire des retouches au verso). Pour ce faire, il est nécessaire d’utiliser un outil spécifique, le Tchanting, muni d’un petit réservoir et d’un petit « tube » pour appliquer la cire.

La cire doit s’appliquer de manière horizontale, toujours dans le même sens (de gauche à droite ou droite à gauche pour les gauchers pour un même trait), il est ainsi nécessaire de faire régulièrement pivoter le cadre pour faire l’ensemble du dessin. Le réservoir permet de faire un trait de quelques centimètres seulement, il faut donc le recharger à chaque trait et ne pas attendre que la cire refroidisse pour qu’elle s’applique bien. Attention également de ne pas la faire couler sur les mains, c’est très chaud et ça fait mal (testé et approuvé) !!

Bon, on ne va pas vous cacher que c’est plutôt compliqué d’avoir le bon geste et d’arriver à faire des traits réguliers. Clément a eu l’aide d’une personne tout au long du travail, heureusement car il avait pris le dessin le plus compliqué et sinon le cours n’aurait pas été aussi agréable…

Cette opération nous a pris environ 1h30.

3ème étape : Appliquer les couleurs, soit par bains de teinture successifs, soit par application directe de teinture sur le tissu.

Pour nous, ce sera cette seconde option (sinon c’est bien plus long puisqu’il faut répéter cette étape et la précédente autant de fois qu’il y a de couleurs). A l’aide de cotons-tiges, nous appliquons donc les différentes couleurs aux endroits désirés. C’est facile et ludique, car la cire stoppe la couleur et empêche la propagation aux autres zones, Clément peut donc le faire tout seul (enfin les 2/3). C’est plutôt chouette à faire, et l’opération prend environ 1h. Par contre, qu’il est difficile de choisir les couleurs que l’on souhaite appliquer !

4ème étape : Fixer les couleurs

Un produit est badigeonné sur les couleurs, puis le tissu est mis à sécher au soleil.

Le tissu est ensuite rincé pour de nouveau être séché.

5ème étape : Protéger toutes les couleurs avec de la cire avant la teinture de fond

Avec un pinceau, il faut de nouveau appliquer de la cire (ou de la paraffine pour un effet craquelé) partout où l’on ne souhaite pas que la teinture de fond soit présente. C’est plutôt long (environ 1h encore) et il ne faut pas se louper sinon des couleurs peuvent être remplacées par la teinture. On badigeonne donc à tout va, Eloïse s’occupe du sien et Alex du sien plus celui de Clément pour être sûr qu’il ne gâche pas son œuvre et éviter ainsi une grosse déception.

La cire doit de nouveau être appliquée des 2 côtés du tissu. Ce n’est pas franchement l’étape la plus agréable et la plus fun, c’est même un peu pénible…

6ème étape : Effectuer la teinture de fond

Partout où le tissu n’est pas protégé, il sera teinté. Nous avons choisi le noir pour nos 3 batiks, afin que les dessins ressortent bien (le blanc est donc remplacé par le noir partout où il n’y a pas de cire). Pour ce faire, le tissu passe dans un produit chimique (fixateur ?), puis dans la teinture noire, puis est rincé, le tout plusieurs fois de suite pour faire dégorger la teinture.

7ème étape : Retirer la cire pour obtenir le résultat final

Pour ôter la cire, le tissu est plongé dans de l’eau bouillante, l’effet est immédiat ! Les traits des dessins deviennent donc blancs puisque protégés dès la deuxième étape, et les couleurs sont de nouveau apparentes.

C’est uniquement après cette dernière étape que le résultat final apparaît, avec ses bonnes ou mauvaises surprises ! Heureusement pour nous, le résultat nous convient bien et est fidèle à ce que nous voulions faire, nous sommes donc très contents et fiers de nos œuvres !

Une dernière étape consiste à faire sécher le tissu au soleil, ce qui ne prend que quelques minutes dans ce pays…

Conclusion :

Le travail est très long et les principales difficultés sont d’imaginer quel sera le résultat final (difficile de choisir les couleurs…) et d’appliquer la cire de manière régulière…

Au final, nous avons tous adoré ces 5 heures de travail (même Clément qui en redemande encore) et nous sommes très heureux d’avoir fabriqué nous-mêmes, ensemble, ces souvenirs qui orneront très certainement nos murs à la maison à notre retour !

Quelques infos pratiques :

  • Le cours a été fait à Yogyakarta, et est proposé par l’agence Via Via
  • Le prix est d’environ 10€ par personne
  • Vous repartez avec votre œuvre + un Tchanting souvenir
  • Les enfants sont chacun accompagnés d’une personne pour les aider à mettre la cire ce qui n’est vraiment pas superflu

8 comments to L’art du Batik

  • Super idée et chapeau pour le résultat !!!

  • Marie-Christine

    Bravo!!! de vrais artistes : les trois œuvres sont une belle réussite !! je suis épatée !!! surtout par Clément !! (of course)

  • maite

    bravo les artistes très beaux dessins celui que je préfère c’est celui de Clément belles couleurs ceci dit les parents c’est beau aussi.
    deux mois déjà d’aventure et toujours des beaux moments passaient avec vous entre vos photos et vos commentaires très intéressant et nous voyageons avec vous gros bisous à vous trois

  • Bravo à vous trois, belle expérience et beau résultat…. de très chouettes souvenirs bien plus marquant surement que le simple fait d’en acheter un !!!
    Encore Bravo

  • Tonton Charles

    Trés sympa et du vrai artisanat.Pour l’écologie, je pense qu’il faut avoir les moyens pour la mettre en place et que c’est que dans des pays « avancés économiquement » que se pose ce souci Et +1 de Maïa bravo pour vos talents artistiques

    • Tu as raison mais quand tu es sur un ferry et que tu vois le gars qui jette son emballage de paquet de cigarette à la mer (puis le mégot) alors qu’il y a des poubelles partout à bord et des panneaux pour rappeler de ne rien jeter à l’eau, ce n’est plus une question de moyens…

  • maïa

    J’adore!!!! C magnifique. Juste une remarque sur l’évacuation de l’eau quand l’homme à la casquette rince le surplus de ce que vous avez soupçonné être 1 fixateur chimique puis l’encre noire… l’eau part sur le sol. Le batik est sponsonrisé par Levi’s?? Bof bof! Par contre je dis oui oui oui a vos talents artisriques! Bravo!!!

    • L’écologie de manière générale ne semble pas être la priorité dans les différents pays que nous avons traversés… Si tu savais ce que nous avons vu…

Leave a Reply

  

  

  

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>