Les cameron highlands, oasis de fraicheur de la Malaisie

Pour venir aux Cameron Highlands, nous avions le choix entre prendre un van qui passe nous prendre à la Guesthouse ou prendre un bus à la gare routière, à environ 12 min de là. La première solution ayant vite été écartée puisque tous les vans étaient complets selon notre hôte, c’est donc le bus que nous avons choisi et bien nous en a pris ! En effet, non seulement il est moins cher (35 RYM au lieu de 40 pour le mini bus), mais il était surtout beaucoup plus confortable, avec des fauteuils extra-larges et beaucoup de place pour les jambes. Comme quoi, parfois la solution la plus simple n’est pas forcément la meilleure….

Après 4h de bus, nous arrivons à destination et allons directement à notre hôtel (Kisabel Hotel), trouvé par défaut sur internet quelques jours avant, les bonnes adresses étant toutes déjà complètes… Cet hôtel s’avèrera être le pire que l’on ait eu jusqu’à maintenant : 2 étages à monter avec les sacs pour arriver à la réception, personnel « je m’en foutiste » et pas du tout avenant, chambre plutôt sale avec aucune fenêtre dans la salle de bain (il y a un trou avec une moustiquaire mais pas de vitre), l’évier qui tient à peine debout, la chasse d’eau qui met 20min à se recharger, la fenêtre de la chambre ne ferme pas (il reste un espace de 5 cm) et comme nous donnons sur la rue, c’est très très bruyant jusqu’à 2h du matin et à partir de 4h30, la télé du salon voisin est à fond jusqu’à pas d’heure, et il y a un énorme chantier en face (vive les marteau-piqueurs !). Le top est quand même le type de la guesthouse qui dort par terre la nuit derrière son comptoir … Bref, 3 nuits à passer ici, ça va être long mais on fera avec !

Les Cameron Highlands sont situés au Nord-Est de Kuala Lumpur, dans la montagne, et sont très connus notamment grâce à leur production de fraises et à leurs 2 plantations de thé à flan de montagne. Pour la petite histoire, cette région a été créée par les colons anglais qui ne supportaient plus le climat chaud et humide de la Malaisie et qui avaient besoin de se retrouver un peu au frais « comme à la maison ». Ils en ont profité pour planter (ou faire planter) des produits dont ils avaient « besoin » d’où les plantations de thé dont l’une des 2 appartient toujours à une famille écossaise. La principale ville  pour le tourisme est Tanah Rata, qui est en fait une grande rue alternant agences de tourisme et restaurants (la plupart indiens). La ville n’a aucun charme et n’est pas particulièrement agréable, son principal intérêt étant de servir de point de départ à pas mal de randonnées ou ballades dans la région. Son second intérêt est qu’il doit donc s’agir du seul endroit en Malaisie où il fait plus frais qu’ailleurs, notamment le soir, et où pour la première fois du voyage nous avons sortis nos pulls !

Pour notre 1ère journée, nous décidons de prendre une excursion d’une journée à l’agence Top Hill. Le rendez-vous est à 8h et nous partons avec 2 français et 4 allemands dans un 4×4 orné de cornes de buffle à l’avant. Le guide nous emmène à 1h de route de là, en dehors des Cameron Highlands, pour un trek de 3h dans la jungle. Le soleil est bien présent et il fait déjà très chaud quand nous commençons à marcher, et le guide semble vouloir marcher vite. Le but de cette randonnée est en fait d’aller voir la plus grosse fleur du monde, la Rafflesia, présente dans quelques régions du monde seulement (dont l’Indonésie). Cette fleur est  mi-plante, mi-champignon, et met plusieurs années (4 apparemment) pour sortir une fleur. Une fois éclose, la fleur meurt au bout de 7 jours, passant de sa couleur rouge caractéristique (3 premiers jours) au marron puis au noir. Elle peut atteindre 1m50 de diamètre et selon les variétés dégage une odeur de corps en décomposition, ce qui n’est pas le cas de celle présente en Malaisie. La fleur est présente toute l’année ici puisqu’il n’y a pas vraiment de saison, le climat restant le même tout le temps.

C’est après 1h30 de montées et descentes dans la jungle que nous arrivons dans la zone de la monstro-plante, au milieu d’autres groupes de touristes venus également suer juste pour voir une fleur (il n’y en a pas qu’une dans la forêt, mais ce devait être la plus proche ce jour là, car parfois il faut marcher une heure de plus…). Une dernière montée raide et ultra-glissante nous permet de nous en approcher, un par un, car elle est à flan de montagne. Tout le monde est content, on reste quelques secondes à la regarder (ce n’est qu’une fleur, il ne se passe pas grand chose), 2-3 photos et on s’écarte pour laisser passer les autres, lorsqu’un hurlement traverse la jungle pourtant très dense : un singe ? Non… juste Clément qui s’est fait piquer par l’abeille qu’il a voulu écraser… Mais s’il y avait eu des singes ce jour-là, eux aussi étaient désormais au courant ! 3 minutes plus tard la « piqûre » n’était qu’un mauvais souvenir dont on ne voyait pratiquement plus la trace mais Clément a pu compléter sa liste déjà longue des animaux féroces d’Asie (moustiques, poissons mangeurs de pieds, bébés tigres, singes, papillons, geckos et maintenant abeilles). Nous retournons au 4×4 après de nouveau 1h30 de marche, dégoulinants de sueur et il était temps, car sur le trajet une méga-averse nous tombe dessus (remontée des vitres en tirant dessus, bien sûr…).

Après un déjeuner correct, nous partons pour la plantation de thé BOH, la plus grande des 2 plantations des highlands. Malgré le temps plutôt maussade, la vue est fantastique, avec ses milliers d’arbres à thé sculptés par la main de l’homme. Enfin, à la main… les feuilles de thé sont désormais coupées par d’énormes ciseaux mécaniques motorisés, portées par 2 personnes (la machine fait 60kg tout de même). Le rendement est ainsi beaucoup plus élevé, pouvant aller jusqu’à 100kg de feuilles de thé récoltées par homme et par jour. Il faut cependant savoir que les ouvriers sont payés environ 0,25RYM par kg ! Nous visiterons également l’usine où les feuilles sont traitées après récolte (nettoyage, séchage, broyage, mise en boîte), mais nous arrivons après le travail de la journée et nous ne verrons pas les machines tourner.

Nous quittons à regret la plantation pour nous diriger vers la « mossy forest », mossy voulant dire mousse. Il s’agit de la plus vieille forêt des highlands, certains arbres ayant près de 3 000 ans ! Elle est à environ 2 000 mètres d’altitude, et comme l’endroit est toujours humide, tous les arbres sont recouverts de mousse. A notre arrivée, un épais brouillard s’est installé, transformant le lieu en un endroit à l’atmosphère mystique. Ce spectacle est vraiment magnifique, et nous rentrerons fatigués mais ravis de notre journée plutôt chargée (8h30 – 18h30).

Au passage, nous nous sommes arrêtés dans une des très nombreuses plantations de fraises. Bon, c’est aussi intéressant que de les regarder pousser dans le jardin, donc quelques minutes suffisent là-bas… A savoir que les fraises ne sont pas exportées dans le reste du pays, elles alimentent uniquement le marché local et les fabriquants de confitures. On a pris une barquette par principe, et elles n’avaient pas de goût (surtout si on les compare à celles qu’on fait en France !).

Le lendemain, nous voulions aller voir la 2ème plantation de thé l’après-midi mais : 1) on avait la flemme  2) il commençait à pleuvoir  3) on avait surtout la flemme… du coup, on s’est levé super tard, Clément a travaillé au Starbucks le matin (dur dur de le motiver), puis on y est retourné l’après-midi (ben oui leur WiFi est la plus performante de la ville !)… Bref, il y a des jours comme ça !

La prochaine escale est le Taman Negara, quelque part dans la jungle.

 

Quelques prix (4 RYM = 1€) :

  • Excursion à la journée (3h de trek, rafflesia, plantation thé BOH, mossy forest) : 98/69 RYM (adulte/enfant) repas+eau non compris
  • Bus pour Cameron Highlands : 35 RYM par personne en bus
  • Barquette de fraises à la plantation : 5 RYM (attention, elles n’ont pas du tout fait l’unanimité dans le groupe)
  • Laundry à la blanchisserie : 8 RYM pour 4 kg (linge lavé et séché en machine et plutôt très bien pour une fois)
  • Un « grande » Latte au Starbucks : 13 RYM

5 comments to Les cameron highlands, oasis de fraicheur de la Malaisie

  • Marie-Christine

    Que d’émotions pour Clément !! magnifiques les plantations de thé !! heureusement que les starbuck cafés sont partout dans le monde !
    gros bisous

  • maite

    Toujours de très belles photos et joli commentaire pour Clément j’ai l’impression qu’il a encore grandi :le voyage continu avec bonheur et aussi avec des aléas :mon pauvre Clément une guêpe aie !!!! pourtant tu as passé à cote de bêtes plus féroces mais une piqure de guêpe cela fait très mal . bonne continuation BISOUS

  • Lili

    j’adore lire vos commentaires ! Clement a eu de la chance avec sa piqure d’abeille car moi il y a quelques semaines une ma piquer et j’ai une grosse reaction donc cachets ect ect ……. je pense que vous avez une petite pharmacie avec vous !! Je vois que c’est l’aventure a fond ! Continuez a me faire revée
    Bisous Lili

  • Bonjour à vous, que de belles images, nous n’avons pas découvert la Malaisie dans notre tour du monde, ça semble vraiment magnifique. J’aime beaucoup la photo de Clément au travail, et pour la motivation je m’y revois…
    Amusez vous bien et merci de nous faire partager ces beaux moments !!
    Gaëlle et Julien

Leave a Reply to Marie-Christine Cancel reply

  

  

  

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>