Mae Hong Son : rendez-vous en terre inconnue…

Après 6 heures de bus sur une route montagneuse pleine de virages plus serrés les uns que les autres, nous arrivons à Mae Hong Song, dans le Nord-Ouest de la Thaïlande, pas bien loin de la frontière Birmane. C’est une petite ville de 7000 habitants qui ne nous prendra pas beaucoup de temps à explorer. Une fois le temple au bord du lac et celui surplombant la ville visités, il ne nous reste pas grand-chose à faire. Cependant, le calme de cette bourgade nous fait un bien fou après l’effervescence de Chiang Maï.

Nous décidons donc de nous adresser à une des nombreuses agences de la ville pour partir en trek 2 jours. Après avoir lu plusieurs avis de voyageurs, nous nous adressons à la Rose Garden Tours (pourtant pas un rosier en vue !…) et plus particulièrement à Mr. Ju (à prononcer « Tchou ») qui parle français et donc ce sera plus sympa pour Clément, nous n’aurons pas besoin de jouer les interprètes toute la journée… Départ prévu le lendemain matin.

La 1ère journée est consacrée à des visites en tout genre :

  • Un village de la communauté Karen et plus particulièrement de « long-neck », la version anglaise plus élégante de « femmes-girafes ». Ce sont quand même des femmes avec une coutume qui n’est pas la nôtre mais ce n’est pas une raison pour les comparer à des animaux ! Cela faisait plusieurs fois que l’on nous proposait de visiter ce genre de village et nous n’étions pas vraiment chauds pour le faire. En effet, il faut savoir que ce sont en fait des camps de réfugiés Birmans qui ont fui leur pays et qui sont maintenant exhibés du fait de leur coutume… Bref, nous avions expliqué notre sentiment à Ju et il nous a emmené dans un village très reculé à moins de 5 kms de la frontière (d’où les check-point militaires fréquents) et où compte-tenu de la route à emprunter, très peu de touristes se rendent. Cela nous a permis de comprendre comment les populations de ces villages vivent et d’en « rencontrer » quelques-unes (on ne peut pas dire qu’il y ait vraiment eu d’échange entre nous mais Ju a été en mesure de répondre à toutes nos questions ou faisait l’interprète quand c’était nécessaire). Nous en avons profité pour visiter l’école du village où nous avons croisé un groupe d’humanitaires américains (dont 2 clowns) faisant le tour des villages Karen pour rendre visite aux enfants dans les écoles ou les orphelinats pendant quelques jours
  • Une cascade dont le souvenir ne restera pas impérissable mais la balade était jolie, rafraichissante et nous avons à nouveau vu des bambous qui font passer les nôtres pour des petits minus !
  • Un village où plusieurs communautés cohabitent : des Thaïs, des Karen, des Mong (venant de Chine) et où les confessions se mêlent également : bouddhistes avec le temple, catholiques avec l’église, animistes avec « la maison pour les esprits ». Cette visite nous a permis de comparer les différences de construction étant donné que chaque communauté a conservé l’architecture des maisons d’où elle est originaire : très sombre et à même le sol pour les Mong, sur pilotis et très ouvertes sur l’extérieur pour les Thaïs,…
  • Le but de notre journée et le lieu où nous dormirons, le village des Lahu : c’est un village d’agriculteurs Thaïs animistes perdu tout en haut d’une montagne, extrêmement reculé où notre arrivée a été un peu gâchée par une averse tropicale telle qu’on a sorti les capes de pluie. Nous avons été accueillis dans une des maisons du village. Les maisons sur pilotis sont faites en bambous et au début, nous avançons prudemment sur le plancher en bambous au travers duquel nous apercevons parfois les poules qui se baladent en-dessous mais il s’avère que c’est extrêmement solide. Nous avons partagé (et là encore c’est un grand mot, la barrière de la langue n’aidant pas) le repas et la soirée avec la famille au grand complet. Leur mode de vie étant extrêmement participatif, nous avons eu du mal à déterminer chez qui nous étions et qui étaient les enfants de qui. Les hommes et les femmes se sont relayés autour de la préparation du repas et nous avons dîné tous ensemble. Ju une fois encore nous a beaucoup expliqué les traditions dans ces villages. Les photos parlent d’elles-mêmes pour  traduire l’ambiance particulière de cette soirée dans cette grande pièce sombre avec le feu au milieu. Une chose est sure la barrière de la langue est moins problématique pour les enfants. Nous n’avons plus vu Clément de la soirée !

La 2ème journée est consacrée à la randonnée. Après une nuit difficile sur un matelas si fin que s’il n’y en avait pas eu, on n’aurait pas vraiment fait la différence, avec une pluie battante qui nous a fait parfois douter de la solidité des murs, avec un réveil à 3h30 avec le chant des coqs du village (et il y en a beaucoup, surtout juste en dessous de notre lit, puisque nous sont sur pilotis), nous avons du mal à imaginer qu’il va falloir marcher. Mais après un petit-déjeuner fait de fruits frais et de toasts grillés au feu de bois, nous partons quand même pour la « balade ». On commence par une visite rapide du village et son école puis c’est parti. Ce qu’on imaginait comme étant une promenade avec Clément au milieu des rizières avec quelques passages dans la jungle s’est transformé parfois en rando plus que sportive avec passage dans des chemins très très gadouilleux (on est en pleine saison des pluies au cas où on l’aurait oublié), dans la jungle où de très nombreux moustiques affluaient dès qu’on prenait plus de 10 secondes de pause et où le soleil a alterné avec la pluie histoire de ne pas nous faciliter les choses. La fin de la balade s’est soldée par une descente vertigineuse qui relevait plus de l’escalade que de la balade et nous arrivons fiers de nous mais exténués au terme de la randonnée. Malgré tout, cette randonnée nous a permis de rencontrer des personnes que nous n’aurions jamais pu rencontrer autrement et de voir des paysages incroyables de rizières et de montagnes et nous ne regrettons absolument pas notre choix.

De retour à Mae Hong Son et après un décrassage en règle, nous sortons diner. Visiblement quelque chose se prépare car plein de petits stands de nourriture et une scène musicale ont été installés autour du lac. Les tests sono sont en cours mais vu notre état de fatigue, même tout le bruit possible ne devrait pas nous empêcher de dormir… Ne trouvant pas notre bonheur autour du lac, nous dinerons une fois de plus dans le restaurant où nous avions déjà pris petit-déjeuner, déjeuner ou dîner avant de partir. C’est que nous devons préparer nos sacs pour la longue journée du lendemain qui verra se succéder un vol de 35 minutes dans un cesna entre Mae Hong Son et Chiang Mai puis un trajet en bus de 5h30 entre Chiang Mai et Sukhothai.

9 comments to Mae Hong Son : rendez-vous en terre inconnue…

  • Nathalie D

    Mae Hong Son se situe au nord ouest de la Thailande.
    Bon voyage!
    Nathalie.

    • Bien vu (ou plutôt lu !) et merci Nathalie pour votre remarque !
      Je viens de faire la correction, un an après la parution de cet article, il était temps ;-)
      Notre voyage est terminé depuis bientôt 7 mois et le bilan se fait attendre non pas parce que nous n’arrivons pas à tourner la page mais peut-être parce que nous avons réussi à passer à autre chose très vite et qu’il nous semble étrange de revenir sur cette aventure fabuleuse.
      Eloïse

  • Maurer Sandrine

    Bonjour
    Je m’associe aux commentaires de vos amis pour vous féliciter des très belles images que vous postez qui font vivre ce que vous admirez . J’espère que vous aurez le temps et la possibilite d’indiquer vos bonnes adresses après chaque pays visité . Je vous souhaite de belles aventures .
    Amitiés

    • Bonjour Sandrine,
      Merci pour ce message. Vu que nous n’en avons pas encore fini avec notre 1er pays, cela reste un projet mais nous pensons faire un récapitulatif après chaque pays des choses à faire ou à éviter (selon nous) ainsi qu’un bilan chiffré de nos dépenses. Ce sera donc la Thaïlande en 1er d’ici une dizaine de jours.
      A bientôt !
      Eloïse

    • Au cas où la rubrique serait passée inaperçue, les guesthouses où nous logeons sont répertoriées dans l’onglet Sur la route>Nos logements avec nos commentaires perso

      Si besoin, n’hésitez pas à utiliser le formulaire Nous contacter, nous répondrons à toutes les questions le plus rapidement possible…

      À bientôt !

  • Vu les superbes photos, j’espère bien pouvoir marcher « dans vos pas » d’ici qques mois !! :-)
    …. pas trop dur pour votre fils cette rando ???

    • C’était dur pour le fiston et le papa mais à part quelques passages bien tendus surtout dus au fait qu’on est pleine saison des pluies et donc que les terrains sont bien gadouilleux, tout le monde s’en est sorti.
      On est assez surpris et content du rythme que Clément peut avoir en rando même si les lendemains sont un peu « compliqués »… Il faudra peut-être prévoir une montée en puissance des balades pour ne pas les perdre en route…

  • maïa

    C’est fantastique de vivre son pekin express loin des cameras finalement. Paysages magnifiques. Et les sourires de clément qui en disent long sur ses decouvertes! En toit cas c’est bien sportif tt ca. La course apres le bus à ton retour te semblera une promenade pour enfant ;-)
    Et pour les « long-neck » tu as raison de te mefier y’en a qui vont en pridon pour ca chez nous… mais tout cela doit vous sembler si loin!!! Bisous des boero aux quillet..

    • C’est clair c’est trop génial. On voit des choses incroyables et on est ravi. Par contre pour les sourires, c’est parce qu’on ne prend des photos qu’un jour sur deux, les jours où tout le monde est forme ;-) C’est pour ça qu’on va ralentir un peu le rythme parce que sinon on va être épuisés avant d’attaquer la suite !

      Allez j’en profite : gros bisous à tous !!! Merci pour les messages, c’est trop chouette de lire tous les commentaires sur Facebook et sur le blog même si on ne répond pas toujours…

Leave a Reply

  

  

  

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>